Des hortensias derrière la maison

Publié le 24 Mars 2020

Petit point confinement ce soir:

Le boulot, ça avance bien ouf! Mis à part que, quand on est sur le réseau, à la maison, on ne peut rien faire. Alors c'est chacun son tour, et c'est souvent bibi en dernier (ou plutôt en premier, genre je suis obligée de me lever plus tôt que les autres pour arriver à faire quelque chose avant que tout le monde ne squatte la co). 

Nono a parfois des cours avec des profs qui font l'appel, genre à 8h ou à 13h, alors on est obligé de le réveiller, ou de manger en quatrième vitesse. Ils assurent, quand-même, ils se sont bien organisés pour faire travailler quand-même leurs élèves, malgré le manque de formation à ce sujet.

Du coup, quand Nono a cours sur discord, on est obligé de s'arrêter de travailler pour qu"il puisse suivre, et puis après on lui demande s'il a des profs qui toussent. L erste du temps, il doit bien bosser au moins 5 heures par jour ses cours. C'est moins qu'une journée de lycée, mais c'est pas mal quand-même! Quant à Mr Lo, c'est comme d'hab, le grand ponte. Tout le monde doit arrêter quand MONSIEUR a besoin du réseau.Et par contre, quand MONSIEUR a fini, il se fiche complètement de nous couper sans arrêt au milieu de ce qu'on est en train de faire pour nous demander de l'aide à droite et à gauche. Parce que vous vous rappelez, MR Lo ne sait rien faire tout seul. Ou alors c'est parce qu'il a quelque chose à dire.

Sissi s'adapte pas trop mal, heureusement. Cette semaine il aurait dû faire un super stage à Arles, on avait tout prévu, réservé le logement etc... Airbnb a été cool et l'hôte aussi, ils nous ont remboursé. Mais bon, c'est rageant qu'il ait raté ce stage qu'on a eu du mal à lui trouver.

Au milieu de tout ça, faut arriver à caser son travail, l'entretien de la maison, les repas pour 4 personnes 2 fois par jour, et un peu de jardinage/bricolage: genre on va en profiter pour faire tout ce qu'on n'a jamais le temps de faire d'habitude.

Mais bon, on le vit bien, on est ensemble. A la montagne. Personne ne pourrait rêver mieux en ce jour. Nous sommes privilégiés.

Du coup, j'ai planté des hortensias derrière la maison. Je suis contente de moi, ça va devenir joli, alors que c'était Hideux. Depuis qu'on a passé la chaux, c'est déjà beaucoup plus propre d'ailleurs. Et quand les hortensias auront grandi ce sera beau. 

Des hortensias derrière  la maison

A part ça, ce virus m'interroge encore puisque ces jours-ci c'est le professeur Raoult qui défend un traitement contre les médecins conseils de L'Elysée.

J'ai comme l'impression qu'il a raison, ce bonhomme. Que si l'on n'administre pas encore ce traitement qui semble marcher, et qui de toute façon ne peut pas faire de mal à des gens en train de mourir, c'est encore pour une histoire de gros sous. Et puis à côté, il y a aussi le gouvernement qui demande grosso modo aux entreprises de reprendre le travail alors qu'on est en confinement... l'Etat se rend compte que ce choix va lui coûter cher. 

Ce qui m'énerve aussi, franchement, c'est que notre gouvernement est responsable de la crise, et du confinement. Je suis bien d'accord avec Raoult qui dit qu'il aurait fallu multiplier les dépistages  pour éviter cette mascarade. Et avoir des masques en pagaille. On ne peut pas dire que l'Etat français n'était pas au courant, c'est pas comme si ça n'avait pas mis plus de deux mois à arriver chez nous... qu'ont il fait pour se prémunir? Pour nous protéger? Notre santé, mais aussi notre Economie?

Ce n'est pas comme si, non plus, les personnels soignants ne les alertaient pas depuis plusieurs mois sur les conditions déplorables de l'hôpital! ce n'est pas comme si, non plus, nous n'étions pas un des pays les plus taxé au Monde? Mais qu'ont-ils fait de notre argent? A qui est ce que a t'il profité? en tout les cas, pas au peuple... 

Je m'étais déjà rendue compte en voyageant à travers le Monde que la France était arriérée, maintenant, dans plein de domaines. Alors qu'on se croit une nation évoluée. Et bien, je crois que cette fois, tout le monde s'est rendu compte jusqu'à quel point c'est vrai.

Ils ont tout démoli de ce que nous étions. Nous sommes devenu un pays fragile, parce que des gens se sont gavés sur le dos du pays. 

Voilà à quoi je pense quand je plante mes hortensias.

Rédigé par Loukoum

Publié dans #Pensée du jour, #Regards, #les petits bricolages

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article