Plein le dos

Publié le 24 Janvier 2022

Les temps sont durs pour tout le monde en ce moment. On peut dire que chacun en a plein le dos. Hier encore, je m'en rendais compte en allant faire un test PCR au labo, un dimanche, devant la tête de déterrée de la personne qui m'a fait le prélèvement.

Je n'échappe pas à cela non plus. Ca allait bien jusqu'à il y a peu de temps, mais la fatigue physique m'ayant soudainement envahie, voilà que j'ai du mal à prendre le dessus.

Au lycée, les élèves sont très durs, enfin, j'ai du mal à les supporter en ce moment, car je suis extenuée. Et leurs histoires, leurs magouilles pour ceci ou cela, leurs revendications, leur manque de respect, le bruit qu'il font, leur agressivité, les téléphone sous la table, etc, là, je n'en peux vraiment plus. J'y vais la boule au ventre, avec appréhension et manque de motivation, épuisée à l'avance des heures que je vais devoir subir (oui, subir), avec eux.

Toute la semaine, j'ai fait des autotests pour voir si je n'étais pas positive au covid ce qui expliquerait cet état de léthargie dès le réveil, associé à des maux de têtes, des vertiges, une petite toux sèche, mais ils sont toujours restés négatifs. Parce qu'en plus, en lycée pro, les masques sont portés sous le menton, et  je vois passer près de 250 élèves chaque semaine (enfin un peu moins ces temps -ci, vu qu'ils sont tous covidés ou cas-contact, et avec ces protocoles à la noix décidés depuis Ibiza!). Parmi ces chérubins, une partie a pour jeu d'essayer de contaminer les profs, puisque certains d'entre nous ont retrouvé des mouchoirs usagés dans leurs cartables. C'est vraiment super sympa.

Alors pour moi, tout ça, c'est trop agressif dans l'état où je me trouve et je perds patience. Et je me sens méprisée par ceux qui nous gouvernent. C'est bosse ou crève.

Et puis, derrière, il y a tout ce climat anxiogène et liberticide. Car si j'étais plutôt pour le vaccin, à la base, en le voyant comme un moyen de s'en sortir, de cette pandémie, il n'en reste pas moins qu'à l'heure actuelle, on se rend bien compte que cela ne suffit pas contre la contamination massive. L'Etat nous a tellement menti que je veux bien comprendre qu'on ne veuille pas se faire vacciner, et je trouve inquiétant que l'on nous l'impose (même si personnellement j'ai les 3 doses, cela ne m'empêche pas d'en avoir ras le bol, et d'être inquiète sur les effets à long terme de cette sur-immunité que l'on nous demande d'avoir! Dans quelle mesure est ce que cela ne vas pas détraquer complètement notre système immunitaire? ne risque t'on pas, à force, que nos cellules ne se retournent contre nous et que l'on développe des maladies auto-immunes?).

On essaie de montrer du doigt les non-vaccinés, mais le problème réel, actuellement, n'est-il pas plutôt la prise en charge à l'hôpital et les lits trop peu nombreux? tant que l'on ne redonnera pas un peu d'air et de marge de manœuvre au système de santé, on en sera là. Mais les politiques hyper-libéraux trouvent bien plus économique de continuer à démanteler nos hôpitaux en mettant tout sur le dos des personnes qui résistent.

A l'école aussi, du reste, on manque cruellement de moyens, et on est pris pour des gogos. Contre l'opinion publique, de surcroît.

Associé à cela, la montée en flèche des extrêmes et en particulier de l'extrême droite, avec Zemmour, à l'approche des élections, et on se rend compte que l'on a le populisme grimpant dans notre pays... ca fait froid dans le dos.

Exposition Geluck à Caen, décembre 2021

Exposition Geluck à Caen, décembre 2021

Rédigé par Loukoum

Publié dans #Regards, #Petites histoires de rien du tout

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Bonjour Loukoum,<br /> L'ambiance morose associé à des une inflation monstrueuse pousse le populisme et ça fait froid dans le dos. Je plaint notre jeunesse avec ce futur sombre écologiquement et politiquement parlant..<br /> <br /> C@ro
Répondre