La pression monte

Publié le 8 Avril 2021

On croit avoir tout eu, tout vécu. On croit aussi que ce qui arrive aux autres ne peut pas nous arriver. Et on avance, confiant, en se disant qu'on a acquis force et sagesse avec les coups durs du passé.

Jusqu'au jour où, d'un seul coup, sans que rien ne puisse le laisser présager, tout bascule.

Ces derniers temps je ne me suis jamais sentie aussi en forme. En accord avec moi-même. Libéree des demons du passé. Une hygiène de vie nickel par dessus le marché : du sommeil, de l'exercice, un poids stabilisé, pas d'addiction et aucune consommation d'alcool de toute ma vie, des apports nutritionnels le plus healthy possible. 

BRef. Mis à part les soucis au boulot et le léger surmenage dû à l'opération du dos de mon cher et tendre, et une légère anxiété dûe à la période covid, je ne suis pas du tout dans une période compliquée. Les enfants sont grands. Ils se gèrent bien et on peut être fiers d'eux. 

Et c'est là que par une belle après midi de printemps, alors que je suis au jardin, je ressens une gêne à l'œil gauche. 

J'ai la vue qui se trouble d'un coup. Je ne sais pas pourquoi mais cela me semble déjà bizarre. 

une semaine après, j'envoie un mail à mon ophtalmo qui me dit d'aller voir mon généraliste d'abord et qu'il fera une lettre si c'est nécessaire.

Mon généraliste me dit que j'ai peut être un cil qui me gêne et ne me fait pas de lettre. J'arrache le soit-disant cil, mais aucune amélioration. Mon orthoptiste me dit de ne pas laisser ça traîner trop et me donne le contact d'un ophtalmo qui prend avec un délai de 15 jours à 1h15 de chez moi.

LOrsque le rdv arrive la gêne est toujours là. Il me garde une heure. Et là je me dis que je n'ai pas rêvé, y'a quelque chose. Je m'attends naïvement à un problème à l'oeil qu'il faudra traiter.

Il me dit qu'il suspecte un œdème papillaire à la vue du fond d'oeil et de OCT. Je dois passer une angiographie à l'hôpital dans les plus brefs délais.

UNe semaine après, l'examen confirme, hélas, le diagnostique. 

Et voilà comment d'un seul coup je me retrouve avec la boule au ventre. L'impression d'être seule au monde et personne pour me venir en aide dans mon angoisse. Puisque c'est en réalité un signe le plus souvent évocateur d'une tension intracrânienne trop élevée. Je vous passe les causes pour lesquelles elle peut être defaillante mais ça ne fait pas rêver.

Et mon IRM du cerveau, bien qu'obtenue dans les plus brefs délais, n'a lieu que 3 semaines après. Dans l'attente d'en savoir plus, je sais déjà que ce sera certainement compliqué et j'oscille entre une angoisse profonde et un sentiment d'irréalité. J'aimerais tellement me faire du souci pour rien. Sauf que même mon généraliste, chez qui je suis retournée, ne sait pas trouver les mots pour me rassurer. Parce que quelque soit la cause de cet œdème, ce n'est forcément pas bénin. 

​​​​​​Voilà.

ALors j'enchaîne les examens de sang en attendant. Je me souviens que j'ai déjà passé une IRM du cerveau pour mes troubles de l'attention. En septembre. Tout était normal de ce qu'on m'a dit. 

Quelques fois je me laisse submerger par mon angoisse. Puis j'essaie de vovre sans y penser. Parce que si j'y pense j'ai trop peur.

Encore une semaine d'attente.

 

 

 

 

La pression monte

Rédigé par Loukoum

Publié dans #Pensée du jour, #Petites histoires de rien du tout

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article