Quatrième semaine de confinement à la montagne

Publié le 8 Avril 2020

La situation est toujours aussi étrange, avec ce virus, dans le Monde. Jamais nous n'avons vécu ça, ni les uns ni les autres. Jamais la planète entière n'a été vidée de toute activité humaine (ou presque), au point où les animaux, très vite, se sont sentis à l'aise et reviennent dans des endroits qu'ils avaient désertés depuis longtemps, et viennent jusqu'à s'aventurer en ville, parfois.

Je suis très rêveuse, et peut-être un peu "perchée", mais je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est notre Terre qui nous donne une petite leçon.  Espérons qu'elle sera comprise, surtout par les dirigeants. parce que sans prise de conscience des Etats, ce n'est pas la responsabilité des gens qui éteignent l'eau pour se brosser les dents qui changera quelque chose à l'irréversible (ou presque) tournis dans lequel nous sommes (ou étions?) engagés;

Quatrième semaine de confinement à la montagne

Vu d'ici, avec le recul de notre mode de vie isolé, ce que je comprends de cette crise, c'est que notre gouvernement capitaliste n'a pas une gestion de crise magnifique, et qu'il y a des pays dans le monde où cela a été plus anticipé, ou plus efficace (en Allemagne par exemple). Et que dans certains autres pays, elle est gérée de manière plus humaine également, comme par exemple au Salvador, où le jeune président demande aux gens de rester confinés chez eux, en leur promettant 3 mois de gratuité des factures électricité, eau, gaz, des loyers, et la mise en pause des remboursements de crédits pour les ré-étalonner sur plusieurs mois par la suite, avec la demande express aux gens de ne pas profiter de la crise pour s'enrichir et aux magasins d'augmenter leurs prix, avec la mise en place de brigades de surveillance, et d'amendes en cas de non respect, etc etc.

Chez nous, on a fermé les lits des hôpitaux, et cela faisait an que les personnels soignants étaient au bout du rouleau et en grève ininterrompue. Première erreur. Si l'on ne doit pas toucher à certains secteurs essentiels pour le bien d'un pays, c'est bien la Santé et l'Education, il me semble. Les piliers de la démocratie.

Sans moyens, pas de fonctionnement correct, et à force de faire des économies de bouts de chandelles sur ces secteurs, le pays piquait déjà du nez. Et aujourd'hui, en pleine crise, ce que nous pouvons constater, c'est qu'encore une fois, ce ne sont pas les banquiers qui nous sauvent, mais nos soignants, les fonctionnaires et toutes les petites mains qui font tourner le pays. 

Et qu'est ce qu'on nous laisse miroiter pour l'après confinement? Ben plus de travail pour remonter la pente, des jours de vacances en moins, des efforts. Encore des efforts. Sauf que le peuple, à qui on va demander ces efforts, car "c'est la Guerre", lui, il n'est pas responsable de ce confinement, qui aurait peut-être pu être évité, ou au moins écourté, avec de l'anticipation et des moyens. Et alors, que font les banquiers qui sont sensés venir en aide au pays grâce à tous les avantages que le gouvernement ???? Pourquoi les "riches" ne nous aident-t'ils pas??? 

Depuis que nous sommes revenus de Thaïlande, ou les autorités faisaient de la communication dans les transports en commun pour le port du masque, nous savons que celui-ci n'est absolument pas inutile. Nous ne comprenons pas pourquoi on nous explique que ça ne sert à rien! enfin, si, on comprend trop bien: pour éviter les mouvements de foule et la panique, puisque la France ne s'est pas prémunie et n'en a pas assez, on nous sort ce mensonge en toute impunité! Et aujourd'hui que les masques arrivent, tiens donc, ça sert à quelque chose et certaines villes commençent à le rendre obligatoire... Mais PFFFFFFFFFFF, quoi! c'est ENERVANT.

Et ce que je vois, moi, maintenant, c'est que les médias commencent à nous seriner avec le dé-confinement depuis une semaine, pour préparer le retour au travail d'un certain nombre d'employés, bien-sûr. Car certaines boites ne peuvent plus se permettre de rester inactives, et vont reprendre leur activité progressivement (dans la famille, nous avons plusieurs personnes qui commencent à reprendre avec des mesures à respecter pour le travail). 

Ce que je vois aussi, c'est que ceux qui faisaient les malins le paient (voir le premier ministre de l'Angleterre! Boris Johnson!)

Quatrième semaine de confinement à la montagne

Ce que je constate aussi sur les réseaux sociaux particulier, c'est que beaucoup de gens révèlent le côté sombre de l'espèce humaine: entre ceux qui ne veulent plus avoir de personnel soignant dans leur immeuble, ou ceux qui volent des lots de masques pour essayer de les revendre, sans compter ceux qui dénoncent leur voisin qui, selon eux, ne respecterait pas le confinement, la nature humaine montre encore ce qu'elle a de plus affreux et de plus immoral.

MAIS, ce que je vois aussi, c'est que beaucoup de personnes se mobilisent, les soignants pour les malades, les couturières pour fabriquer du matériel aux soignants, les associations et les mairies pour venir en aide aux personnes âgées isolées, de partout les gens font preuve de générosité, de bravoure et de solidarité, dans "un effort de guerre" qui n'est pas tourné vers la défense d'une patrie mais vers la sauvegarde de la vie, tout simplement.

Ce que je vois aussi, quand je regarde les vidéos sur les réseaux sociaux, à la TV, etc, c'est que nous, les humains, nous sommes doués de créativité et d'imagination, et que nous savons nous accommoder de toute situation, en gardant notre humour et notre enthousiasme. C'est une chose extraordinaire!

Entre ceux qui rivalisent de bonnes idées pour donner aux autres des images distrayantes voire humoristiques se jouant de ce confinement, ceux qui proposent des spectacles aux fenêtres, ceux qui jouent de la musique pour leurs voisins, ceux qui continuent l'apéritif- en visio-conférence, les émissions de gym, de cuisine pour occuper les journées sans perdre la ligne, ceux qui proposent des livraisons à domicile, les agriculteurs qui s'organisent pour que les gens consomment local, les profs qui donnent des cours à distance, etc, etc, etc... ils sont tellement nombreux à faire de ce moment quelque chose de vivable, de drôle malgré les circonstances. Je trouve que la nature humaine, voyez vous, regorge de possibilités et qu'elle est complètement adaptable. 

Il ne reste plus qu'à réussir à faire sortir de ça quelque chose de plus respectueux des autres (hors temps de crise) et de notre planète. Mais franchement, personnellement, quelque part, ça me redonne un peu la foi en mes semblables.

Quatrième semaine de confinement à la montagne

Quant au confinement ici, en montagne, c'est loin d'être une épreuve difficile.

Cela nous renvoie juste quelques années en arrière, à nos débuts, quand nous bossions comme des timbrés à la rénovation de la maison, au jardin, et que les enfants étaient petits. Nous avions alors, peu de contacts avec l'extérieur, et vivions un peu coupés du monde. Surtout moi, pendant les 3 ans où j'ai élevé Nono, en congé parental.

Nous bossons comme des timbrés à remettre en état tout ce que nous avons laissé de côté ces dernières années, et continuons les chantiers que nous avons en cours en ce moment.

Aujourd'hui, les enfants ont des bras, et nous sont d'une aide précieuse, surtout depuis qu'ils sont en vacances (Nono avait, sinon, beaucoup de travail en classe virtuelle et Sissi des projets à mener en design). En même temps cela leur permet de se dépenser physiquement, sinon, ils auraient vite tendance à rester devant un écran. Ici, personne ne s'ennuie jamais...

Il y a aussi le boulot à côté, en télétravail... on ne manque pas de quoi faire! mais comme on avance, me peur de ne pas avoir assez de temps commence à s'estomper un peu. 

Je fais pas mal de choses physiques, en ce moment,  je greline la serre par exemple. Je me rends compte que je suis plus forte physiquement que par le passé, que je suis plus musclée, que je peux en faire plus. D'ailleurs, mes journées sont bien remplies, parce qu'en plus des travaux physiques, du linge, du ménage, du télétravail, je fais plus de cuisine qu'habituellement...

Sinon, la vie ne change pas... Nous sommes ensemble, et c'est un bien. Je suis extrêmement soulagée d'être avec les enfants. On rit, on s'engueule, on bosse, on partage des moments agréables, on s'entraide... Le seul truc qui est en stand by, ce sont les projets. Faudrait pas que ça dure trop cette situation, car les projets, mine de rien, pour moi c'est essentiel (je parle surtout des projets de voyage, naturellement! :-)

Par contre, mes parents commencent à me manquer, ils devaient venir, en avril. Nous ne les avons pas vu depuis Noël. Mais bon, nous nous appelons tous les jours. Tant qu'ils ne sont pas malades! et que personne n'est malade dans nos familles! On touche du bois. Je pense très souvent à ces malades qui sont seuls à l'hôpital, à ceux qui meurent alors que leur heure n'était pas vraiment venue... c'est tragique. Il faut tout faire pour qu'ils soient le moins nombreux possible, et que nous n'en faisions pas partie.

Voilà, voilà...

Rédigé par Loukoum

Publié dans #Regards

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article