Visite à Toulouse

Publié le 16 Novembre 2019

Dur dur de se retrouver en ville, même pour une après-midi, quand on est habitué à la vie en montagne, au grand air, et dans la solitude. 

Sissi vit à Toulouse maintenant, alors on est allé lui faire une petite visite, et en même temps, se balader dans le centre de Toulouse, en métro.

Ca m'a fait une drôle d'impression d'aller dans le centre. De voir tout ce monde, ces gens pressés, peu attentifs aux autres, en vélo, à pieds, en trottinette. Dans le métro, l'ambiance était impersonnelle, chacun occupé mentalement avec sa vie, et je me demandais comment elle était cette vie-là, à quoi ils pouvaient penser, tous ces gens...

Dans la rue, il y avait de odeurs d'égouts, d'urine, et de châtaignes grillées. Parfois, quand on passait à proximité d'un marchand de crêpes, et d'un seul coup on avait faim.

Et puis il y avait tous ces gens à la rue, avec ou sans chiens, mais souvent alcoolisés; beaucoup d'hommes enivrés qui se faisaient remarquer par le bruit qu'ils produisaient, leur paroles pas claires, leurs rires et leur musique.

Le métro a eu une panne. Et on a dû poireauter après un bus qui n'est jamais venu. On a mis 3/4 d'heure, au lieu de 10 mn, à rejoindre la voiture, garée en périphérie, avant de pouvoir reprendre la route jusqu'à notre tranquille montagne.

Paysages toulousains
Paysages toulousains
Paysages toulousains
Paysages toulousains
Paysages toulousains

Paysages toulousains

Je le suis dit qu'on était des privilégiées de ne pas vivre dans cet environnement. Même si je sais que la plupart des gens préfèrent habiter en ville, s'y sentent plus en sécurité qu'ailleurs, et aime la proximité (qui est relative quand on voit le temps qu'on a mis pour se déplacer dans Toulouse! Merci!) avec toute chose. 

Ahh! c'est sûr, ils ne sont pas tellement embêtés par la neige, mais les nuisances en ville sont, pour moi, énormes.

Il faut croire que les gens aiment vivre les uns à côté des autres. Je fais après de ne pas dire "ensemble", parce que ce n'est pas parce qu'ils sont tous regroupés qu'ils vivent ensemble.

Alors bien -sûr, à Toulouse, il y a les bars, les endroits branchés où les gens sortent et se voient. A l'extérieur, et souvent sans pouvoir vraiment compter les uns sur les autres sitôt sortis du cadre festif. 

Enfin bref, je ne me suis jamais sentie très bien en ville, même si par le passé, j'ai vécu deux ans à Lyon et trois ans à Toulouse, et je constate aujourd'hui encore que je n'ai pas changé, et même que ça s'est empiré.

Décidément, on est bien dans notre montagne. On est préservé.

Rédigé par Loukoum

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article