Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Publié le 22 Mars 2018

Cette journée du 25/02, nous l’avons passée à Bacalar !

Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Bacalar est le nom d’une petite ville dans le sud est du Mexique, au Quintana Roo. Son histoire récente est liée à celle de la colonisation et de la piraterie (Le plan de la ville a lui-même une forme de bateau de pirate !). C’est un des 111 « pueblo magico » ( Village magique, comme Izamal) du Mexique. C’est sa lagune qui lui a valu ce statut. Une lagune dont la teinte varie en fonction des passages nuageux et de la profondeur de l’eau, et que l’on appelle, la lagune aux 7 couleurs. Elle communique avec la baie de Chetumal, avec ses 50 km de long, et 2 km de large.

Plan de Bacalar

Plan de Bacalar

Pas loin, se trouve le cenote azul, très beau vu d’avion, ressemblant plus à un lac depuis le sol, il est d’une profondeur de 90m.

La lagune est d’ailleurs aussi alimentée par 6 autres cenotes dont le cenote negro (dans lequel nous nous sommes baignés avec Kristel) et le cenote esmeralda.

Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Ce qui rend unique la lagune de Bacalar, c’est le fait que c’est une lagune d’eau douce, dont l’équilibre repose sur des organismes préhistoriques : les stromatolithes. Ce sont eux qui lui donnent cette couleur unique d’un bleu incroyable.

Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Nous avons commencé notre journée par un magistral levé de soleil sur la lagune, au bout du ponton, ou depuis la chambre de l’hostal pour ceux qui le souhaitaient, puis en petit-déjeunant à la mexicaine (omelettes et sauce piquante !) à l’Enamora. (Pour les pâtisseries, il faut aller à l’intérieur, elles ne figurent pas sur la carte).

Lever de soleil à Hunab'ku Hostal

Lever de soleil à Hunab'ku Hostal

Vues depuis la terrasse et la chambre
Vues depuis la terrasse et la chambre

Vues depuis la terrasse et la chambre

Petit déjeuner au Enamora

Petit déjeuner au Enamora

Le rendez-vous avec Kristel était à 9h30, au Blue Monkey, une auberge de jeunesse qui avait l’air bien sympathique, tout au bord de la lagune.

Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs
Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Et nous avons embarqué sur son joli bateau destiné au départ à la plongée, et bellement décoré, pendant trois heures, afin d’aller se baigner dans le canal des pirates, avoir des explications sur la biodiversité de la lagune, observer l’île aux oiseaux à une distance raisonnable afin de ne pas déranger la faune, et nous baigner dans le cenote negro et naviguer sur le cenote esmeralda.

Sur la belle lagune...
Sur la belle lagune...
Sur la belle lagune...
Sur la belle lagune...

Sur la belle lagune...

Suite à quoi nous avons gouté des fruits préparés à la mode locale, avec un délicieux jus de fruits frais.

Une belle excursion pour 500 pesos par personne (tarif en février 2018, susceptible d’augmenter avec le succès sans cesse croissant de la lagune). Nous n’étions que tous les 4 sur le bateau alors que les sorties peuvent aller jusqu’à 8 personnes. C’était pour nous une chance (on est un peu sauvages, vous savez bien ;-)) mais il est vrai que cela aurait pu être aussi un moment à partager pour faire connaissance avec d’autres voyageurs.

En tout cas, nous ne regrettons pas d'être allés avec Kristel, un peu de communication en français ne nous a pas fait de mal (on ne parle pas espagnol alors c'était parfois un peu pesant, même si pour habiter à proximité de l'Espagne, on le baragouine et on le comprend un peu) , et Kristel est adorable, elle prend le temps, et n'hésite pas à répondre aux questions par whatsapp, avant, ou après l'excursion, et même sur des sujets qui n'ont rien à voir avec la lagune. Une belle personne que nous recommandons. Voici ses coordonnées:

Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs
Cenote negro et berges de la lagune
Cenote negro et berges de la lagune

Cenote negro et berges de la lagune

Nous sommes ensuite allés manger et nous baigner à la Playita, un magnifique restaurant avec un ponton et des hamacs au bord de la lagune, et sous un gigantesque caoutchouc. Forcément, on y a trouvé les prix un peu excessifs en venant de l’état de Campeche (et là, Kristel nous a dit : « si vous trouvez ça cher ici, alors à Tulum vous allez pleurer ! Effectivement… ça n’était encore rien à côté), mais à part ça c’était quand-même moins cher qu’en France, le lieu était magique, et la nourriture très fine à côté de ce que nous avons pu manger au Mexique (on avait déjà mangé là la veille au soir).

A la Playita à Bacalar
A la Playita à Bacalar
A la Playita à Bacalar

A la Playita à Bacalar

Il faut savoir en effet que les accès à la lagune sont presque tous privés (restaurants, hôtels, etc) , sauf certains balnearios qui sont publics ou dont l’entrée est d’un prix dérisoire. Ceux-ci sont indiqués sur la bord de la route 307 ou dans Bacalar en suivant le bord de la lagune.

La playita... nourriture sympa sous un gigantesque caoutchouc
La playita... nourriture sympa sous un gigantesque caoutchouc
La playita... nourriture sympa sous un gigantesque caoutchouc

La playita... nourriture sympa sous un gigantesque caoutchouc

Limonada ... spécialité mexicaine!

Limonada ... spécialité mexicaine!

Nous avons ensuite déménagé pour aller nous baigner à Los rapidos lagoon club, à une dizaine de km de Bacalar sur la route 307 en direction de Chetumal (Entrée indiquée par de grandes pancartes). A l’entrée, il a fallu s’acquitter d’un droit d’entrée de 50 pesos par personne. Cela donne le droit d’accéder à la lagune sans consommer au restaurant.

 Rapides de Los rapidos et son vendeur de quesadillas
 Rapides de Los rapidos et son vendeur de quesadillas Rapides de Los rapidos et son vendeur de quesadillas
 Rapides de Los rapidos et son vendeur de quesadillas

Rapides de Los rapidos et son vendeur de quesadillas

Et là, les locaux viennent se détendre en se laissant porter par les courants, dans cette « rivière » transparente, qui correspond à un rétrécissement de la lagune. L’expérience a été, certes très agréable, cependant, nous nous attendions à quelque chose de plus surprenant. Mais cela n’engage que nous, car il est vrai que nous sommes adeptes de canyoning, donc nous avons vécu des sensations beaucoup plus fortes dans les barrancos de Sierra de Guara. Pour l’ambiance locale et la beauté du site, par contre, c’était sympa.

Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Mais le mieux, c’est de louer un kayak dans les environs afin de parcourir tout le secteur ( Kristel nous l'avait conseillé mais nous nous sommes mal organisés pour le faire), et de se baigner au gré des courants à des endroits peut-être moins remplis de Stromatolithes. L’ennui, effectivement, de l’emplacement de los rapidos Lagoon club, c’est qu’il donne en plein sur des stromatolithes énormes donc extrêmement vieux. Et forcément, ben, le passage des gens les abîme, même s’il est écrit partout que l’on doit en prendre soin et ne pas marcher dessus (c’est quasiment impossible).

Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Comme nous l’a expliqué Kristel, les stromatolithes sont des organismes vivants ( ils sont bio-construits par des colonies de cyanobactéries), et ils sont aujourd’hui devenus rares dans le Monde. La lagune de Bacalar possède des stromatolithes parmi les plus grands du monde, et leur formation soutient des nombreux hectares de mangrove au sud de la lagune.

Il serait donc mieux de louer un kayak. Je vois qu’il existe aussi d’autres endroits publics dans le secteur pour aller se baigner dans les « rapides » (balnearios) : Ce serait le balneario Sac ha, pas très loin de l’hôtel Akalki  et indiqué sur la route 307 (sauf qu’un crocodile est parfois aperçu du côté de cet hôtel, apparemment inoffensif, mais bon pas rassurant , Kristel nous a dit que ce n’était pas monnaie courante d’en voir, ce sont des bestioles qui s’égarent au sud de la lagune en remontant depuis la baie de Chetumal mais à part ça, normalement pas de crocos. Elle-même n’en a vu qu’une ou deux fois en 20 ans…). Il y aurait aussi un accès à 20 pesos sur une aire de pique nique appelée Laguna Bonanza, et des accès au niveau de rancho Alegre et rancho Encanto, ainsi qu’un dernier à Las cabanas Panto-Ha.

Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Bon, nous, on a loupé notre coup, on s’était dit qu’on ferait du kayak le lendemain matin, et puis au final, personne n’a été motivé une fois le moment venu (sauf Nono qui, lui était à fond !)

Le soir, nous avons testé le restaurant la Pina. Très très sympa, mais par contre, nous avons attendu très très longtemps aussi (plus d’une heure avant d’être servis, peut-être même plus). Après, c’est très fréquent d’attendre au restaurant au Mexique. Souvent, ils cuisinent seulement avec des produits frais (ce qui est une bonne chose!), ils sont un peu dépassés par l’affluence, et puis ils sont à l’heure mexicaine. On ne leur en a pas voulu, il y avait de bons reggae pour nous faire passer le temps, et puis, ils sont tellement mimis ces mexicains, j'avais du mal à leur en vouloir pour quoi que ce soit!

Nous sommes rentrés chez Roberto, à l’hostal Hunab ku, que les worldtrippers ont aussi testé (cliquez pour voir leur article).

Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Où manger à Bacalar ? (en dehors des adresses que nous avons essayées) :

  • Lamantin:  Cette galerie et boutique dispose également d'un restaurant où l'on sert le petit-déjeuner jusqu'à quatre heures de l'après-midi. La plupart de leurs plats sont végétariens et végétaliens et mon préféré est l'enmoladas (le hamburger de légumes je ne recommande pas).
  • Portobello Hamburger:  À côté du Blue Monkey, il y a une femme qui vend des hamburgers. Ceux de Portobello à l'avocat sont délicieux.
  • Ma grand - mère : Près du zocalo, sur la 5ème avenue, ce restaurant de cuisine mexicaine est caché. L'offre de leur offre est végétalienne et végétarienne (ils peuvent également adapter les autres plats). Les enchiladas aux légumes sont délicieux.
  • Et pourquoi pas:  Cette petite boutique vend de spectaculaires gâteaux à la carotte et à la banane avec du chocolat.

(liste conseillée par notre Hôte sur son site)

Où se loger pour pas trop cher à Bacalar ?

  • Il existe des campings,  dans le centre et sur le bord de la lagune (camping Yaxche, ou camping magic bacalar par exemple... ils font aussi des chambres d'ailleurs)
  • Il existe des auberges de jeunesse, par exemple le blue Monkey qui a l’air très sympa, mais j'ai vu aussi the yak lake guest house par exemple, il en existe certainement d'autres!
  • Il existe des chambres dans des maisons d’hôtes un peu partout, on peut les réserver sur air bnb (ou booking). La notre (hostal Hunab ku) était tout à fait correcte car propre malgré son côté un peu « roots » et délabré. Par contre, il était difficile de se baigner directement à la maison d'hôte, même si elle avait un accès à la lagune (beaucoup de va et vient de bateaux, pas d'échelle pour descendre dans l'eau...). mais elle avait la meilleure wifi de tout notre séjour au Mexique ;-) ça peut être intéressant. Tandis que les tours en lancha y sont moins chers qu'avec Kristel, mais on ne les a pas testés (voir leur facebook)
Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Avant d'aller à Bacalar, il faut être conscient néanmoins que le tourisme s'est énormément développé depuis quelques années sur le site, même si cela reste encore tranquille par rapport à Tulum et le reste de la riviera maya. Les prix augmentent rapidement,  il n'y a pas vraiment les infrastructures pour accueillir autant de personnes, et la lagune risque de souffrir de cette affluence (il y a déjà une "pollution" qui vient du développement de moules qui asphyxient les stromatolithes.) C'est un lieu magique qu'il conviendrait de préserver par une attitude responsable et éclairée... On compte sur vous!

Coucher de soleil à la guesthouse

Coucher de soleil à la guesthouse

Pour voir l’étape précédente (Calakmul) cliquez ici.

Pour voir l’étape suivante (Tulum : gran-cenote) cliquez ici.

Etape 8 : Bacalar, la lagune aux 7 couleurs

Rédigé par Loukoum

Publié dans #Mexique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Salut Loukoum,<br /> Ton article est super intéressant, on apprend beaucoup de chose. Petit plus pour une attitude encore plus responsable : éviter les bateaux à moteur sur la lagune, et privilégier les catamarans, plus agréable et respectueux de l’environnement ????<br /> Mélissa
Répondre