Avis partagés

Publié le 5 Août 2017

Avis partagés

Notre mode de vie ne laisse pas indifférents les gens de nos familles (et nos amis et connaissance non plus d'ailleurs!), qui portent quasiment tous un jugement et qui ont tous, plus ou moins, une attitude distincte quand ils viennent nous voir.

Cet été, il y a du monde qui passe.

Ainsi, beau papa et belle maman sont venus début juillet pour quelques jours.

J'ai beaucoup d'estime pour eux, et ils ont toujours été très gentils avec moi. Mais il est un fait, c'est qu'ils détestent venir chez nous. Ca en est presque caricatural, c'est pourquoi je ne peux pas m'empêcher de l'évoquer (ça fait partie de notre épopée  à vouloir vivre ici).

Ma belle-mère, qui vit au bord de la mer, rejette en bloc tout ce qui est lié à la montagne. Elle déteste marcher en montée (mais marche à fond sur le plat), donc on oublie les randonnées avec eux depuis longtemps (maintenant de toute façon, l'âge et les problèmes physiques de mon beau-père font que pour eux cela n'est plus possible). 

Il faisait un temps magnifique et chaud, et Nono n'avait qu'une envie, qui était de se baigner dans notre piscine avec sa grand-mère, mais elle n'a jamais voulu y mettre les pieds car bien qu'elle adore l'eau, notre piscine à nous ne lui plait pas car elle ne peut pas y nager et je pense qu'elle a peur des bactéries qu'il pourrait y avoir (de toute façon, depuis toujours mes beaux-parents détestent le fait qu'on ait une piscine car ils ont toujours eu peur qu'il y ait un accident avec les enfants ( sauf qu'on a toujours été prudent et responsables quand ils étaient petits).

Comme il faisait beau, je me disais qu'on allait pouvoir manger dehors et que ça allait leur montrer qu'on pouvait être bien ici. Mais en fait, ils trouvaient qu'il faisait trop chaud, alors on a mangé dedans. Et mon beau-père entrait sur le canapé au lieu de se mettre sous le parasol pour lire son journal car il trouvait insupportable qu'il y ait des taons, mouches et autres guêpes éventuelles à l'extérieur. 

Le matin, mes beaux-parents se levaient, prenaient leur petit déjeuner, et partaient boire un café dans un bar dans la bourgade qui est à 14 km, que ce soit accompagnés des enfants ou non, le tout c'était de partir de là. Ma belle-mère a même dit un matin: 

- Il est hors de question que je ne sorte pas de cet endroit de la journée.

Ce qui indiquait bien l'insupportable pour elle de se trouver là.

Depuis toujours et cela s'accentue avec l'âge, mes beau-parents, citadins et de la mer, renient cet endroit et le détestent, tout en nous en voulant sincèrement d'être allé habiter aussi loin d'eux (la Normandie est à l'autre bout de la France). 

Ils ne font même plus d'efforts quand ils viennent nous voir (et ne viennent que pour les enfants).

Le rejet est tellement prononcé pour ma belle mère qu'elle rejette également tout ce que je peux préparer en repas, prétextant à chaque fois que je fais beaucoup trop à manger et qu'elle n'a pas faim, pour se jeter sur ses frites si on va manger dans un restaurant. J'essaie pourtant de ne pas préparer ce qu'elle n'aime pas. Et elle n'aime pas tout ce qui fait notre terroir et dont je pourrais jouer dans mes plats. Les girolles que l'on ramasse... le miel dans les plats, etc etc.

Ca n'enlève en rien le fait que nous pouvons passer de super moments ensemble, mais ailleurs, dans d'autres conditions, et que ce sont de super grand-parents pour les enfants.

Pour ce qui est de mes parents, c'est totalement l'inverse.

Ils aiment plutôt venir à la maison quelques jours. Ils ont toujours trouvé cet endroit magnifique bien que parfois ils s'inquiètent un peu quand je leur raconte nos galères et les difficultés que l'on peut rencontrer (par exemple, ma mère compatit grandement quand je lui raconte l'invasion de souris!!).

Eux, c'est l'inverse, ils ne voient pas l'utilité de sortir de la maison et de notre univers pour aller faire des visites culturelles ou aller faire de la balnéothérapie, ou autre activité. Ils veulent bien faire de petites randonnées dans le coin, rester à la maison pour nous filer un coup de main, ils adorent manger dehors dès qu'il fait beau, même s'il y a plein de mouches et quand ils se posent, c'est dehors sous le parasol en profitant du chant des oiseaux. Par forte chaleur, on les retrouve en maillot de bain dans la piscine à en profiter et à se délecter d'être dans un si magnifique environnement.

Et puis récemment, nous avons eu la visite d'autres membres de ma belle -famille, qui ont beaucoup aimé se promener sur les chemins de la propriété, ont dormi comme des loirs alors que se sont des petits dormeurs, et, bien que citadins, ont profité de leur séjour à la maison avec plaisir tout en ayant une certaine compréhension face à notre mode de vie simple (car je ne sais pas recevoir autrement qu'à la bonne franquette, et eux, c'est plutôt le genre à avoir tout un tas de manières et conventions habituellement... donc je pense que nous leur paraissons très simples dans notre accueil e notre façon de vivre).

Après, je ne parlerai pas des amis, qui dans la majorité des cas, pensent que nous sommes beaucoup trop isolés et n'ont même pas idée de passer un coup de fil pour venir faire trempette ou  faire un petit coucou le temps de quelques heures. La majorité d'entre eux se trouve des activités juste à côté de leur maison, en ville ou dans les environs proches. On vient très peu jusque chez nous pour rien ou si l'on n'est pas invité. Et l'on considère souvent que nous souffrons de notre situation isolée, alors que ce n'est pas parce qu'on raconte nos galères qu'on est forcément malheureux. On est plutôt fier de notre résistance et de notre détermination à vivre ainsi, en dehors des routes toutes tracées et ce, malgré les nombreux obstacles que nous avons rencontrés depuis 18 ans.
 

Avis partagés
Repost 0
Commenter cet article