GRRR les dents

Publié le 21 Mars 2017

GRRR les dents

Ca fait 6 mois, oui, 6 mois, que j'essaie de me faire soigner un abcès dentaire.

Non, mais, j'hallucine.

je ne sais pas comment ça se passe en ville, mais nous, dans notre bourgade, on n'arrive pas à se faire soigner les dents.

J'ai changé 5 ou 6 fois de dentiste depuis que nous sommes installés ici.

Entre les charcutiers peu scrupuleux, les mondains plein aux as qui prennent les gens pour des vaches à lait, les surbookés et les départs en retraite, ben j'ai été servie.

Et toute ma vie, j'ai eu mal, aux dents. 

Mon premier abcès dentaire, je l'ai fait à 18 mois... donc vous comprennez le problème!

Bref, j'avais fini par échouer chez un dentiste à l'ancienne, mutualiste, humain, et compétent sans être, je l'admets, à la pointe de la technologie.

Mais avec lui au moins, quand les enfants avaient une caries, on arrivait à avoir rDV dans les 15 jours, pas comme avec d'autres, et quand il y avait urgence, dans la journée ou dans les 24 heures il nous recevait.

jusqu'au jour ou il m'a dit qu'il partait à la retraite.

C'est bien évidemment au moment ou j'ai déclaré un abcès sous une dent collée à un implant.

J'ai de suite pris RDV chez un autre dentiste que je n'avais pas encore essayé (un des derniers du coin...). Bien-sûr, à ce moment là rebelotte: pas de place avant 2 mois.

Cool...

 Bon, j'ai pris mon mal en patience, hein. c'était surtout dérangeant à la mastication. 

Et puis, mon implant a commencé à bouger.

Génial.

Le dentiste, après m'avoir pris en RDV d'information, puis m'avoir fait faire une radio panoramique, m'a redonné RDV un mois après. Pour préparer la dent à traiter (dépose de couronne et tout le bazar).

RDV encore trois semaines après.

Là, j'ai commencé à douiller. L'implant a commencé à carrément sortir avec l'inflammation. pendant quinze jours, je n'ai réussi à manger que de la purée. Plus moyen de mastiquer sans avoir de grosse  douleur.

mais enfin, sachant le RDV proche, j'ai surcvécu.

Sauf que, après traitement sous la dent en cause, et une semaine supplémentaire d'antibiotiques, et bien... je suis retournée au bout de quinze jours chez le dentiste qui m'apprend à ce moment là, que l'implant devra être retiré (1500 euros de ma poche il y a 8 ans: génial!!!) car pas d'amélioration notoire de ma gencive.

Il me triture un peu le dent en traitement.

je rentre chez moi.

Et depuis (c'était juste vendredi dernier!), je suis en pleine crise inflammatoire, l'implant est à nouveau ressorti de son logement et m'empêche de fermer le bouche et de matsiquer. sans compter la douleur, qui, à ce stade, devient vraiment pénible.

Et il n'avait pas pû me donner d'autre RDV avant un mois!

Là, j'ai dit non. Stop, faut m'enlever cette saloperie au plus vite. Ca fait 6 mois que je supporte ces conneries et que j'essaie d'y remédier. Je pars en bientôt en voyage, je ne peux pas partir avec ce problème!

Et depuis hier, ben je fais des pieds et des mains pour être reçue en urgence, e y'a pas moyen! C'est incroyable.

On ne peut pas se faire soigner.

On n'est bon qu'à aligner le fric.

Ca m'énerve au plus haut point.

Pourquoi est-ce que les dentistes ne se prévoient pas chaque semaine un peu de battement pour faire face aux urgences?

je peux vous dire qu'ils m'entendent, là. Pourtant je ne suis pas une chieuse, ni une procédurière. mais je sais que j'ai raison, maintenant, il faut me soigner. Point. fut trouver un moyen.

 

 

Rédigé par Loukoum

Publié dans #galères - soucis et joyeuseries, #tranches de vie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jean-François 21/03/2017 19:24

Quand je dis que je vis ce que tu racontes.
Je vais une fois par an chez le dentiste...et c'était aujourd'hui :)))
Lui, ils s'embêtent pas, c'est 83 euros pour dix minutes dans ma bouche, pour un contrôle.
alors vu que 10mins X 6 font une heure, allez cool disons 5 patients/ l'heure, total environ 400 euros....l'heure....non.....c possible ?!
j'ose pas imaginer le nombre qui font ça pour le fric....

Loukoum 22/03/2017 07:17

C'est ça. On est des clients avant d'être des patients. Trop pénible.