Je suis une fée

Publié le 5 Novembre 2016

Je suis une fée

Il y a des jours, comme ça....

Quand on se lève le matin, on ne sait jamais vraiment de quoi la journée sera faite.

Et hier, je n'aurais jamais imaginé, que dans la même journée, il m'arrive autant de trucs pourris.

C'est simple, rien ne voulait se passer correctement.

Et voilà qu'en rentrant de chez le toubib où j'avais amené Nono, malade d'une gastro, je me suis retrouvée nez à nez avec Mme C (C comme... co... non, je ne serai pas vulgaire), l'ennemie jurée de tout le village, la terreur de la vallée, l'être le plus abominable que nous connaissions dans ce coin reculé.

Elle barrait la route avec son fourgon, car elle faisait du bois (ahhh, ces billes de bois posées juste derrière un virage dangereux depuis une semaine sont donc à elle!) avec un gars à qui je n'ai pas parlé. Impossible de les éviter.

Bien obligée de descendre de la voiture car de là où ils étaient, ils ne me voyaient, pas... c'est donc à contre-coeur  ( j'ai dit à Nono, "oh! non! pas elle, et pas maintenant!") que je suis allée vers eux.

Crotte.

Je suis restée cordiale (on n'est pas des fauves!), et elle allait pousser son camion, quand cette fouineuse n'a pas pû s'empêcher me poser des questions pour savoir qui j'étais, et je n'allais pas lui mentir, mais je savais que ça allait mal se passer. Pour la peine, elle, c'est vraiment une curieuse malsaine (ce que je n'est jamais été).

Quand elle a su mon nom, son visage a changé de rictus, bien sûr elle m'est tombée dessus en hurlant, et mon sang de "scorpion" (mon signe!), n'a fait qu'un tour. Je vous jure que je n'allais pas me laisser faire par cette peau de vache. Pourtant, à ce moment précis, tout ce que je voulais, c'était rentrer chez moi et qu'elle me foute la paix, car je ne veux plus en entendre parler, de cette brebis galeuse.

Dans ma vie, j'ai eu l'occasion de faire face à des situations extrêmement tendues et délicates sans perdre ma dignité ni mon fair-play (et sans d'ailleurs que cela ne m'ait vraiment apporté, et qu'on ne m'ait jamais exprimé la moindre gratitude pour ça... à tel point que, sauf vis à vis de ma conscience, je me demande si j'ai bien fait...). mais c'est temps -ci, j'ai une espèce de colère refoulée en moi, et j'explose facilement à la moindre injustice (c'est comme ça que j'ai failli, l'autre jour, arracher les yeux à un voisin d'une amie qui accusait à tort nos enfants, ou que j'ai failli descendre tordre le cou à un joueur du camp adverse qui n'arrêtait pas de tacler notre Sissi sur le terrain de hand... grrr!!! c'était moins une! LOL)

J'ai un peu de mal à garder mon sang froid face à la mauvaise foi, vous l'aurez compris. 

J'ai quand même réussi à avoir un minimum de self-contrôle face à elle, mais je ne l'ai pas laissée me beugler dessus sans lui dire au passage ses quatre vérités.

Maintenant, les explications:

Cette adorable procédurière (qui devrait s'occuper de son derrière au lieu d'emmerder le peuple) est responsable de nos coupures de courant prolongées de ces dernières années. Bah, je crois que je n'avais pas pris le temps d'écrire des articles à ce sujet. Je ne sais plus.

Elle a sur son terrain de nombreux arbres sur une forte pente, et bien-sûr, la ligne électrique passe chez elle. Et elle est en conflit avec EDF, parce que soit disant on ne lui avait pas demandé l'autorisation de faire passer celle-ci chez elle; mais vous imaginez bien qu'à l'époque de l'installation électrique dans le département, on n'a pas demandé à tout le monde l'autorisation...c'était une telle avancée technologique! C'est plutôt quelque chose qui a été accueilli à bras ouverts, sauf apparemment chez les irréductibles enquiquineurs...

Elle bloque donc l'accès à sa propriété aux agents d'EDF qui veulent venir entretenir et élaguer les arbres (soit disant centenaires, mais en réalité beaucoup plus jeunes et tous malades en plus, sa forêt est mal entretenue). Evidemment, à la moindre neige ou tempête, pof quand ça coupe, c'est chez elle que la ligne a cassé. Ca n'y manque jamais.

A chaque fois, ça prive d'électricité une trentaine de foyers du fond de la vallée, et d'un petit village en bas de chez nous. Dont des personnes agées et parfois dépendantes, des personnes dialysées, des gens malades, des couples avec des enfants en bas âge, etc.

Et quand EDF vient sur les lieux, elle empêche les agents d'accéder à la panne, en leur interdisant d'entrer sur ses terres.

Ensuite, elle dit sur le journal qu'elle ne fait rien de mal, et que les gens de la commune sont des arriérés (rien que ça! ils sont trop gentils, c'est surtout ça!)

Et c'est comme ça qu'à chaque fois, nous  (et tous les autres) restons privés d'eau chaude, de lumière, de téléphone et de communication avec l'extérieur, de toute machines à laver le linge, et que tout se perd dans le congélateur et le frigidaire... tout cela parce que madame mène son petit combat personnel contre sa cause égoïste et personnelle en emmerdant embêtant tout le monde. Parce que ça dure des jours avant que la situation ne se débloque, il doit y avoir des interventions extérieures... gendarmerie, sous préfet, huissiers etc... enfin, la loose totale à cause de cette bonne femme qui, elle, habite en ville (c'est sa maison secondaire) et se chauffe tranquillement dans son appart pendant que nous on galère en se lavant à l'eau froide, en déjeunant dans le noir ou à la lumière des bougies avant d'aller au boulot, et tout le bazar. Tout ça, ce n'est pas à cause des conditions météo (auquel cas on prendrait tranquillement notre mal en patience), ni à cause d'EDF qui est toujours super opérationnel ( contrairement aux télécoms!) et fait toujours son maximum pour ne pas laisser les gens dans l'embarras, mais bien à cause d'ELLE et seulement d'ELLE.

Cette femme est connue dans toute la région pour faire des procès à tout le monde pour tout et n'importe quoi (et elle aurait des appuis).

Donc, un jour, on en a eu marre, et on a lancé une pétition contre ses agissements, ce  que madame a en travers de la gorge.

Alors, hier, elle m'a balancé à la figure toute sa haine, mais je peux vous dire qu'elle n' a pas eu le dernier mot, et que je ne me suis pas gênée pour lui dire son égoïsme, sa non considération des autres, et son mépris. L'inadmissible n'est pas qu'on lui mette des bâtons dans les roues comme elle l'insinuait, mais bien son attitude envers son prochain, et en particulier ses voisins.

Rendez vous compte, elle n'a pas hésité à me dire que de toute façon, grâce à tout ça, elle avait gagné son procès et que la ligne électrique serait enfouie, et qu'elle avait gagné 80 000 euros de dédommagements. Comme quoi, faire le mal parfois ça rapporte gros. Elle m'a donc balancé à la figure qu'elle s'était fait de l'argent sur notre dos, c'est pour vous dire le mépris de cette personne! Je lui ai répondu que je n'en avais rien à fiche de ses procès et de ses méchancetés, que moi, tout ce que je voulais c'était ne plus jamais avoir à faire à elle et qu'elle arrête d'emmerder les gens du coin. Et tant mieux si la ligne d'électrique est enfouie (bonne nouvelle quand même vu les circonstances!), que tout ce que je voulais hier, moi, c'était passer mon chemin et que cette ignominie me laisse tranquille et laisse tranquille les autres personnes des environs. 

Après, j'avais envie de lui écrire une lettre ouverte en lui exposant son mépris envers l'Autre, mais après avoir rentré du bois pendant une heure, il m'est apparu, une fois la colère retombée, qu'aucun mot n'avait de poids contre la mauvaise -foi... comme j'avais pu le constater amèrement par le passé (les leçons de la vie....).

Et puis, je me suis dit aussi qu'elle ne valait vraiment pas la peine que je perdre mon temps. Ca m'est déjà arrivé de perdre mon temps dans des "combats" que je croyais justes et qui, au final, ne méritaient ni mon attention, ni mon temps, ni mon énergie.

Enfin, je me suis dit aussi qu'elle devait être vraiment malheureuse, cette femme-là, pour passer ainsi sa vie dans les procès et les conflits.

C'est pas une vie, ça. Quelle tristesse. C'est affligeant. Quand elle mourra, que retiendra t'elle de sa vie? Qu'elle a gagné ses procès? (en tous cas, elle sera obligatoirement soumise à autopsie car elle a tellement d'ennemis qu'on pensera au premier abord à un meurtre)

Ca me dépasse. Il faudrait lui dire que "les héros sont ceux qui font la paix" (Nelson Mandela), et non pas ceux qui passent leur temps à faire la guerre...

Elle doit être remplie de haine, de tristesse, de colère, de malheur, de rancoeur. Ca doit être dur, au final. Je la plains.

J'ai pitié de cette folle. En attendant, je vais changer de route pour aller au boulot histoire de ne pas retomber dessus...faut pas pousser mémé dans les orties non plus. 

Je suis une vraie fée, parfois une fée pachiée, et en ce moment une vraie fée pachié.

;-)

Rédigé par Loukoum

Publié dans #galères - soucis et joyeuseries

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article