Hypersensible

Publié le 25 Mars 2016

J'ai reçu sur mon facebook des articles concernant l'hypersensibilité.

En me penchant un peu dessus ça a été une sorte de révélation. J'ai découvert que je n'étais ni dépressive, comme parfois j'ai cru l'être, ni borderline, ni névrosée. Après avoir lu les différents articles,  et être allée faire quelques tests sur le web, le résultat est sans appel: je suis juste hypersensible. C'est mon caractère, ma nature, ce qui me définit.

C'est un bonne nouvelle, c'est de naissance et ce n'est pas une maladie!

Comme apparemment on n'est que 20%, je comprends mieux pourquoi j'ai la sensation, de temps en temps, d'être si différente, surtout du point de vue de ma compréhension du Monde et de mes réactions face à la vie et aux situations qui se présentent.

Sinon, en gros, voilà le caractéristiques de l'hypersensible dans lesquelles je me reconnais:

-  L'humeur des autres me touche, j'absorbe leur souffrance et je suis atteinte par leur colère.

- Je suis facilement gênée par une lumière forte, j'ai aussi la peau sensible et réactive, je ne supporte pas certaines matières.

- Je sursaute facilement, je suis à fleur de peau.

- Je m'inquiète vite dès que quelque chose d'inhabituel se produit (du genre retard ou absence non prévue: j'imagine toujours le pire!), je me fais vite du souci.

- Je suis consciensieuse.

- Je perds les pédales quand j'ai trop de choses à faire à la fois. Je m'énerve lorsque j'ai beaucoup à faire en peu de temps, je me sens vite débordée.

- La faim perturbe ma concentration et mon humeur.

- Lorsque j'étais enfant, mes parents, les professeurs me considéraient comme timide ou sensible (les deux!!).

- Je suis créative et intuitive.

- J'aime l'Art. 

- Je cherche un sens à ma vie et, m'interrogeant sur l'existence et sur la mort, je suis en quête d'expériences enrichissantes et de rencontres . Je cherche à vivre des moments forts ( et je les vis pleinement quand ils se présentent). 

- Je suis impatiente.

- Je pleure facilement dans la vie ou au cinéma, de tristesse, de découragement, ou de bonheur.

- Les images violentes me retournent le ventre.

- J'ai la sensation "d'être sur le fil" souvent, au niveau de mes réactions: je peux me mettre en colère pour rien en 1 seconde.

- Je déteste les conflits et fait tout pour les éviter, même au point de ne pas respecter mes propres besoins .

- J'ai peur de décevoir depuis mon enfance, j'ai peur d'être abandonnée ou rejetée.

- J'ai du mal à "lâcher-prise", je gamberge à plein régime, je suis souvent parasitée par mes pensées.

- Le regard des autres sur moi m'importe, je suis blessée par la critique.

- Je dis tout le temps "merci", ou "pardon".

- Je me mets à la place des autres, je comprends leur point de vue facilement, je peux revenir sur ce que je pense pour m'adapter à eux.

- J'aime les massages et les caresses.

- Je me sens souvent sans protection et vulnérable, je cherche la compagnie de personnes qui peuvent me protéger.

- J'aime être seule pour me connecter avec moi-même sans interférences, et pouvoir laisser libre-cours à mon imagination et mes pensées.

Hypersensible

Je n'ai pas mis les caractéristiques dans lesquelles je ne me reconnais pas (mais je me reconnais presque dans toutes.).

Ca n'est pas une maladie, mais c'est parfois difficile de vivre ainsi.

Alors petit à petit, je me soigne.

D'abord en acceptant ma condition, et en ne subissant plus mes émotions et en n'essayant pas non plus de les dominer, mais juste en m'autorisant à les vivre, et pas non plus comme une fatalité. En m'acceptant telle que je suis, en fait (J'arrive même à en être fière).

Ensuite, de plus en plus j'essaie de ne plus culpabiliser pour tout. Ca me rend moins "sympa" mais, en partageant les responsabilités avec les autres au moins je suis plus sereine dans ma tête.

Et puis, j'essaie de dire non quand je ne suis pas d'accord, même si j'ai peur de déplaire. 

J'essaie de me protéger aussi: 

Je m'entoure de gens sur qui je peux compter et commence à tenir hors de mon espace ceux qui profitent (ou ont profité) de moi et qui ne méritent pas mon intérêt. Je me recentre sur ceux qui sont là pour moi.

En fait, je deviens plus "dure" avec les autres, et je ne suis plus prête à tout accepter. Je fais du tri dans mes amitiés. Je trouve, petit à petit, la force de ne plus avoir peur de l'abandon. Je m'éloigne de ceux qui m'ont fait ou qui pourraient me faire du mal.

Je vis en montagne, j'y suis moins exposée à la misère humaine. Tout au moins, je peux m'y réfugier en cas d'atteinte. Ca me protège et me ressource.

Je profite de ma sensibilité pour développer mon côté créatif. Et je me sens chanceuse de vivre pleinement la vie dans tout ce qu'elle a à nous offrir émotionnellement.

Je plains ceux qui ne sont pas capables d'empathie, voire de compassion, de joie intense ou de tristesse infinie. Je plains ceux qui ne savent pas ce qu'aimer veut dire. Je plains ceux qui s'attachent aux choses mesquines de la vie. J'ai du mal à comprendre comment on peut vivre sans émotions, ou peu. J'en connais qui sont comme ça: certes, ça les aide à avoir une vie sereine, mais ça fait un peu psychopathe!

J'écris un blog, ça me détend et m'aide dans ma quête de sens ;-) et mon besoin d'analyse, même si je n'y parle pas de tout.

Je mets des lunettes de soleil. Même quand y'a pas de soleil.

Rédigé par Loukoum

Publié dans #Pensée du jour

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article